Jour de la nuit, on y était

Article mis en ligne le lun 15 oct. 2012, par Fabienne Chadenier
Version imprimableEnvoyer par courrielversion PDFPartager sur Twitter
Partager sur Facebook

Le 13 octobre à 20H30 devant la mairie de Saint-Vincent,  c’était le départ de la balade du jour de la nuit. Il y avait au même moment plus de 600 sorties du même type en France, organisés par des associations qui voudraient qu’il y ait moins d’éclairage public et plus de place pour la faune sauvage et les étoiles, la nuit.

 

Station orbitale internationale

C’est à 23 dont une dizaine d’enfants et d’adolescents que nous avons, plein nord, pénétré la nuit dans la garrigue. A 20h58 précise nous avions pour 3 minutes, rendez-vous avec la station orbitale internationale, autrement appelée ISS. Emotion partagée de savoir ces 6 hommes tournant à 400 km au-dessus de nos têtes à la vitesse de 8 kilomètres par secondes. Heureusement les nuages trop abondant à l’ouest pour que nous puissions rien voir, nous ont donné droit à la fin de parcours du satellite, juste au-dessus de nos têtes. Après avoir deviné le triangle de l’été, l’étoile polaire et Cassiopée dans les brumes, nous avons fait nos premiers points d’écoute.

 

Nous nous sommes réellement rapproché du monde de la nuit

Comme l’an dernier la garrigue était très silencieuse ce soir la. Une satisfaction pourtant venait à l’observation des progrès du groupe, ça gloussait de moins en moins et assez nettement au fil des expériences de silence collectif répétées. En si peu de temps nous avons fait des progrès en écoute, nous nous sommes réellement rapproché du monde de la nuit. Le plus grand cèdre du chemin nous a arrosé de son pollen et les cyprès sont devenus des colonnes de temple grec.

 

L’ado avait les yeux fixés sur son smart phone

Comme à chaque fois le moment poésie a été assez magique. Nous avons eu droit en particulier à une très belle voix adolescente nous disant le dormeur du val. L’ado avait les yeux fixés sur son smart phone, outil très adapté à la situation, il y en a des biens. Après nous sommes rentrés tranquillement dans les parfums suaves des salspareilles en évoquant la sortie que nous ferons au printemps prochain autour du 22 mai journée internationale de la biodiversité pour la fête de la nature.

A suivre

RG


Retour à la liste des articles
Revenir en haut