La fête de la nature se prépare

Article mis en ligne le lun 01 oct. 2012, par Fabienne Chadenier
Dernière modification le ven 05 oct. 2012.
Version imprimableEnvoyer par courrielversion PDFPartager sur Twitter
Partager sur Facebook

Nous étions 22 le 27 septembre, autour de la table au siège de Bayard Presse pour la première réunion plénière de préparation de la fête de la nature 2013.

 

Orchestration efficace

Ministère de la Justice, Fondation Nicolas Hulot, LPO, Réseau Ecole et Nature, pôle-relais « mares, zones humides intérieures et vallées alluviales », Ligue de l’enseignement, ONF, OPIE, Muséum d’histoire naturelle, Naturparif, ça va toujours trop vite on en rate, éditions Milan, Conservatoires des espaces naturels, Grands sites de France, j’espère que je ne fais pas de confusion, Editions Bayard, fédération des jardin familiaux…il me manque une personne ou deux, la prochaine fois je demande la liste… 14 filles, 8 garçons mais excellente ambiance. De 10h30 à 12h30 on n’a pas perdu de temps grâce à une orchestration efficace.

 

Les « petites bêtes »

Le thème proposé a tout de suite fait mouche. Les « petites bêtes », ça plait. François Letourneux a expliqué qu’il fallait qu’on en ait une vision large. Qu’on pensait tout de suite aux insectes, mais qu’il y avait aussi les animaux de la plage, les crustacés… J’ai proposé qu’on mette le focus sur la microfaune du sol. Qu’on parle un peu de sols vivants. Le travail des Bourguignon est visiblement apprécié de tout le monde dans la salle.

 

Escales et corridors

L’idée de lancer un défi est conservée, l’an dernier c’était le défi d’installer 10 000 nichoirs dans le pays (le résultat a été en deçà de l’objectif), cette année on se donnerait comme objectif de créer des micros réserves à petites bêtes, genre des plantes plaisant aux papillons sur son balcon. Evidemment on n’utiliserait pas le mot « réserve ». Tout reste à définir. Le vivant ça bouge et ça va vouloir bouger encore plus avec le réchauffement climatique, on ferait donc des « escales » et des « corridors » pour faciliter les choses pour les petites bêtes.

 

Agir avec les écoles

Il y a une forte volonté d’agir avec les écoles. L’OPIE a déjà entamé le travail en créant des fiches pour les enseignants et autres éducateurs.  4 fiches : « faire une sortie », « fabriquer son matos de capture et d’observation », « faire un hôtel à abeilles », « créer sa mini réserve naturelle ». On garde aussi l’idée que des élèves s’organisent durant le temps scolaire ou les jeunes en temps de loisirs pour créer leur sortie et encadrer les adultes lors de la Fête de la Nature. On a passé un bon moment sur l’école, il y a de la motivation. Nous allons prendre contact avec le ministère pour qu’un signal positif parte de la rue de Grenelle. Très à l’écoute l’administration carcérale du ministère de la justice va donner, à l’occasion de la fête de la nature un peu d’oxygène et de verdure aux prisonniers …espérons encore plus que l’an dernier.

 

« Fête de la Nature » va de plus en plus être relayée dans les territoires

La question des nouveaux membres ou partenaires est toujours d’actualité. Quelle procédure mettre en oeuvre pour valider la présence nouvelle de tel ou tel dans l’affaire ? Ainsi la Fête de la Nature va de plus en plus être relayée dans les territoires. Alors comment faire ? S’adresser au Conseil Régional ? Ou bien à une agence qui en dépend comme Naturparif en Île de France, quand elle existe, ou encore s’adresser à l’association régionale de FNE comme la Frapna par exemple ou Bretagne vivante ? J’ai dit que le mieux pour nous c’était qu’on avertisse tout le monde… tout le tissu des acteurs régionaux sans oublier les GRAINE, REEB… et aussi le CRAJEP. En fait ça me vient maintenant dans le TGV, mais c’est l’ERC qu’il faudrait avertir. Puis à chaque ERC de voir comment il traite la question. Motivation supplémentaire pour créer de la concertation entre acteurs.

 

WEEC 7 de Marrakech

Pour ce qui est de l’international, ça fonctionne bien en Suisse, il faut consolider encore au Portugal, en Hollande... J’ai parlé de la première journée européenne de l’EEDD du 4 mars à Lyon, à la veille des assises et de l’opportunité que présentait le WEEC 7 de Marrakech en juin 2013 où il y aura peut-être plus de 100 pays. Le message est passé. On va avancer sur ce volet là aussi. Une plaquette en français, anglais, et espagnol est disponible, facile de faire des liens.

 

« Les Minuscules »

Je ne devrais peut-être pas le dire, mais je ne résiste pas, coté communication, je crois que c’est gagné d’avance. Fabien nous a montré un très court film. On a tout de suite tous eu la banane et ça a duré tout le temps du film. Les gamins vont adorer. Une coccinelle espiègle s’en prend aux mouches et à une araignée qui fait juste son boulot en tissant sa toile, sur fond de vaches placides ruminants dans leur pré. Le réel est mêlé à l’imaginaire, un vrai bonheur. Ça s’appelle « Les Minuscules » c’est juste géant. L’auteur se réfère à Jean-Henri Fabre un de nos pères à tous, quand on lui demande d’où vient ce film… c’est clair, c’est la famille. Un long métrage de « les Minuscules » va sortir en salle fin 2013. Bayard presse apporte beaucoup, le Pèlerin devrait y aller cette année en plus des autres titres. Les télés étaient présentes l’an dernier, ça va être relancé. La PQR est dans tous les esprits, même si on veut aussi du média national. Il y a toujours une certaine gourmandise à propos de la presse. Les réseaux sociaux seront aussi utilisés, ça va twitter méchant !

 

4 kg de bactéries

Je crois qu’on peut dire que la fête de la nature c’est bien parti cette année. En tout cas ça fait envie. Vive les petites bêtes. En rentrant dans le métro Florence de Monclin de la FNH  me disait qu’on avait 4 kg de bactéries dans notre ventre. Ça en fait des petites bêtes, faut en avoir soin, ne mangeons pas n’importe quoi. Oui bonne idée les petites bêtes !

 

A suivre

Roland

Fichier joint
AperçuFichier attachéTaille
Minuscule - Episode-01 La Coccinelle136.27 Ko

Retour à la liste des articles
Revenir en haut