Sauter la navigation

L'éducation à l'environnement pour comprendre le monde, agir et vivre ensemble

Acteurs

Version imprimableEnvoyer par courrielversion PDFPartager sur Twitter
Partager sur Facebook

Diversité et complexité

Née de la volonté de précurseurs, souvent enseignants et animateurs socioculturels, qui se sont retrouvés autour de valeurs communes et se sont réunis en associations et réseaux d’échanges, l’éducation à l’environnement est portée aujourd’hui par un grand nombre d’acteurs dont l’histoire, la vocation, les enjeux et les valeurs sont très diversifiés. Une diversité, et même une complexité, qui ouvrent la voie à des démarches de concertation entre les acteurs.

La logique des acteurs de l’EEDD a rapidement évolué au cours de la dernière décennie. Une logique qui peut dépendre de l’échelle de territoire et des dynamiques et politiques en place… une logique qui dépend aussi de l’organisation de la société en quatre sphères d’influence.

Une logique de territoires

Un projet d’éducation à l’environnement, suivant le lieu où il arrivera, suivant le contexte local où il souhaite se développer, rencontrera des conditions très différentes. Suivant le jeu des acteurs, le chemin à prendre pourra être différent d’un territoire à l’autre.

Quatre sphères d'acteurs 

  • La sphère des autorités publiques nationales comprend l’Etat, ses ministères, ses établissements publics (ex. : agences de l’eau), ses services déconcentrés (ex. : direction régionale de la culture et de la communication), ses établissements publics d’enseignement, ses organismes de recherche (ex. CNRS).
  • La sphère des autorités publiques locales comprend les collectivités territoriales et les établissements publics territoriaux.
  • La sphère de la société civile comprend les associations à but non lucratif, les fondations, les syndicats et les citoyens.
  • La sphère du secteur marchand comprend les entreprises (y compris les entreprises de l’économie sociale et solidaire) et les travailleurs indépendants.

Chacune de ces sphères comprend ses propres réseaux et groupements internes. Les réseaux territoriaux d’EEDD et les réseaux thématiques d’EEDD (ex. : Citéphile, Ecorce, réseau d’éducation à l’environnement urbain) cherchent à créer du lien, des occasions de coopération et des synergies entre les acteurs issus des quatre sphères de la société mobilisés pour l ‘éducation à l’environnement.

Revenir en haut